Paul LOPVET nous a quittés

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris la disparition
de Paul Lopvet.

Je connaissais Paul depuis la fin des années 70, c’était
un homme bien. Il était de ceux que l’on ne voudrait jamais voir partir.
Je parlais très souvent avec lui car depuis vingt ans nos deux bateaux
sont amarrés au ponton 10; c’était toujours agréable, intéressant, enrichissant.

J’adresse à son épouse Michèle, ainsi qu’à ses enfants et ses petits enfants,
mes très sincères condoléances et je sais, par les témoignages que j’ai reçus,
que les adhérents de l’APPL, et bien d’autres, auront une pensée pour lui
et pour sa famille.

Régis Lasserre m’a prévenu alors que j’étais en balade du côté de Gavarnie.
Il nous en dit davantage sur son ami de toujours :

« Paul est né le 20 mai 1942, il est décédé à l’approche de ses 73 ans, le 29 mars 2015, à la suite d’une intervention chirurgicale.

Conformément à ses souhaits, son corps a été incinéré et ses cendres ont été dispersées au large de Port Leucate, le samedi 11 avril, en présence de ses proches et de quelques amis.

Après 52 ans de vie commune, Paul laisse son épouse Michèle, 2 enfants et 5 petits-enfants auxquels il a donné beaucoup d’amour et de temps, peut être un plus particulièrement à son petit-fils Justin, du fait de son problème d’audition. 3171T Paul l’a énormément soutenu et accompagné dans la recherche des solutions, les différentes opérations, ses débuts scolaires et tout dernièrement dans la recherche d’une voie professionnelle.

Paul était un ami fidèle, un vrai, celui sur qui on pouvait compter. Il suffisait d’évoquer un souci ou un problème, pour la maison, une voiture, le bateau ou autre, et il était déjà en train de réfléchir à la solution et/ou comment il allait pouvoir aider à le résoudre.

Paul s’est beaucoup investi dans le bénévolat, différentes associations, et la gestion des parties communes du lotissement de sa résidence.

Paul était passionné par la technique. CSSLP Après un apprentissage à l’école de la succession de Dewoitine, il a attaqué sa carrière professionnelle à Sud Aviation sur Caravelle, puis sur Concorde, du prototype jusqu’à l’arrêt de la série, et ensuite sur les différents modèles de la famille Airbus. Bien qu’à la retraite, Paul n’a jamais vraiment quitté le monde aéronautique puisqu’il passait de nombreuses heures à piloter sur simulateur et visiter virtuellement un peu tous les pays.

Paul était un fidèle de Port Leucate ou il a pris place avec son Sangria sur la fin des années 70, puis pour un Dufour 2800, et enfin son Attalia « WALLOU » positionné au ponton 10 et qui l’a accompagné pour son dernier voyage ce samedi 11 avril 2015.

A bientôt…
dans d’autres circonstances.

Gilles VAGUENEZ,
Président de l’APPL

Ce contenu a été publié dans Actu de l'association. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *