On nous prend pour des buses!

Villeneuve la Comptal

le 29 octobre 2014.

Gilles Vaguenez à Monsieur le Maire de Leucate,

Madame la première adjointe,

Messieurs les membres du CP,

-Copie à l’ensemble des membres de l’APPL,

-Copie par télépathie à l‘ensemble des membres du CLUPP,

puisque l’accès au listing nous est refusé.

Monsieur le Maire, Madame, Messieurs,

Trente-cinq années d’amodiation à Port Leucate, des dizaines de milliers d’euros, tombées au passage dans les caisses de la régie du port, ont conduit certains de ses responsables à beaucoup m’apprécier.

A un point tel, que ces « abonnés chanceux aux forfaits illimités mairie* » bien connus pour leur extrême délicatesse, leur grandeur d’âme et surtout leur immense respect pour le plaisancier en général, n’hésitent pas, via leur portable, à donner distinctement des instructions (devant témoins) pour m’interdire l’accès en voiture au port en me refusant l’activation du nouveau badge.

Or, si j’ai bien compris début juillet que l’on voulait surtout me protéger et m’éviter ainsi le spectacle insoutenable des sanitaires dégradés – voire carrément bouclés et/ou bouchés – j’ai quand même cru (un instant) que nous allions avec mon épouse, nous retrouver parqués dans cet affligeant mouroir à bateaux, situé dans un bassin minable à l’entrée du port, et que je vous invite à visiter.

A Port Leucate, Pays Cathare( c’est écrit sur les pancartes !), on n’aime pas les vieux bateaux des « Sans Dents » puisqu’on les laisse tristement crever. CHFP Ceci est lamentable et nettement moins drôle que d’imaginer l’improbable retour des Cathares en tongs, sur les plages audoises !

Il est inadmissible que nous recevions ce pseudo compte rendu de conseil portuaire du 6 juin 2014, plus de cinq mois après qu’il se soit tenu ! Nous exigeons qu’à l’avenir, les notes prises par Madame la secrétaire de séance nous soient immédiatement transmises. C’est, à ma connaissance, le seul moyen d’éviter de nous (vous ?) faire prendre des vessies pour des lanternes !

Ainsi, il se trouve – par un fâcheux concours de circonstances – que le premier paragraphe contient déjà une première manipulation par omission puisqu’il était convenu que les remarques que j’avais formulées sur le compte rendu du précédent conseil seraient jointes à celui-ci. Le principe avait été accepté, ceci devait être écrit, ceci doit être fait !

Nous sommes intervenus, Serge Bézia et moi-même, à plusieurs reprises et pas seulement sur ce qui est rapporté ici d’une manière incorrecte : or, nos interventions sont à l’évidence lamentablement tronquées et nos arguments passés sous silence. Au contraire de ceux qui faisaient défaut, ce jour-là, au président de la régie par intérim*, lesquels, par enchantement, apparaissent … cinq mois plus tard !

Ainsi (triste parenthèse), pas un mot sur les comas éthyliques constatés par les forces de l’ordre lors de la regrettable « Spi Dauphine », pas un mot sur la wifi, sur la surveillance des pontons, sur l’état de délabrement de certains sanitaires, sur leur accès dangereux la nuit, sur leur éloignement en contradiction flagrante avec les directives départementales de la DASS.

Or, quand on est en quête de l’Excellence…c’est par là qu’on devrait commencer !!!

J’ai une certaine expérience de ces réunions. J’avais déjà été élu par le CLUPP en 1992 , bien avant la création de l’APPL et jamais, qu’il s’agisse du temps de M. Piquarel ou de M.Cauneille, nous n’avons connu le moindre problème.

Il faut dire qu’à l’époque, les élus représentant M. le maire au Conseil portuaire, ne confondaient pas information et propagande et qu’ils s’en tenaient à rapporter simplement ET objectivement ce qui s’était dit. Ceci pour la bonne et simple raison que l’on se fondait exclusivement sur ce qui était noté par la secrétaire de séance ; ce qu’elle faisait très bien, comme aujourd’hui d’ailleurs !

Dans ces conditions, je ne me prêterai pas au jeu du président de la régie du port par intérim* qui s’acharne à vouloir nous imposer des règles de rédaction, mais surtout de réécriture, qu’il a unilatéralement fixées. Sa méthode – usitée – est affligeante tant sur la forme que sur le fond. 199-01 Revenir sur tel ou tel point, en infléchir la forme, serait pure perte puisque le contenu de cet « exercice littéraire » est systématiquement dénaturé, voire manipulé, par son auteur.

Pourtant, nous ne pouvons pas laisser dire qu’il est normal que la régie subventionne certaines associations en se substituant à la mairie de Leucate puisque les budgets du port et de la ville ne sont pas des vases communicants. Je ne parle pas naturellement des aides allouées à la SNSM et à l’association des handicapés que l’APPL a déjà soutenue.

Les arguments avancés sont une provocation à l’égard des plaisanciers du port et une injustice pour les vrais sportifs, fussent-il locaux :

-ce club profite déjà d’un local mis gracieusement à disposition,

-d’une place gratis au port,

-ces sommes devraient servir à des travaux de maintenance ou d’amélioration du port.

-J’ai beaucoup de respect pour les authentiques sportifs. Le jour où la FFV s’alignera sur les méthodes objectives d’évaluation et de classement des performances de la FFA (Athlétisme) on comprendra ce que « sport de haut niveau » veut dire. Ce jour-là, on peut espérer que de telles sommes profiteront à des clubs et à des sportifs qui le méritent vraiment – et qui en ont vraiment besoin – et non pas à ceux qui, par leur niveau social et/ou sportif, peuvent très bien s’en passer.

D’ailleurs, je rappelle que Les ressources du port ne doivent avoir d’autre finalité que la maintenance et le développement des installations portuaires et le service aux usagers.

Toute dépense ayant un autre objet ne constitue rien d’autre qu’un abus de pouvoir du gestionnaire et un détournement de ressources au détriment des usagers.

Enfin, il est question des contrats annuels dans l’ordre du jour du conseil du 7 novembre. J’ai dit à Mme Ching Première adjointe et à M. Barbier le Directeur de la régie, chez lesquels je salue au passage, l’amabilité, le sérieux et la disponibilité, que je signerai ce contrat quand j’aurai la preuve que les infléchissements que nous avions obtenus, après de longues discussions, y apparaissent effectivement. Pourtant, compte-tenu de ce que vous venez de lire, vous me permettrez d’en douter.

Sincères salutations,

Gilles VAGUENEZ

Conseiller portuaire,

Président de l’APPL.

*Tous leurs numéros se suivent…

*Le conseil d’exploitation doit être renouvelé après chaque élection municipale. Or, à ma connaissance, ce n’est pas le cas.

Ce contenu a été publié dans Actu de l'association. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *